Pensées éparses

mercredi 26 octobre

C'est drôle comme je finis toujours par détester ce que j'ai écrit. Je donne des tours et détours irréels a la réalité. Je ne suis pas une menteuse, mais elle m'ennuie. Et puis j'oublie les raisons, et tout ce qui tranparaît encore au travers de mes mots, des mois plus tard, c'est l'apposition FAUX que je ne peux pas ignorer. 

FAUX, parmi peut-être un peu de vrai. Je suis fatiguée, et plus officieusement qu'officiellement, je m'en vais. Peut-être que si vous avez la souris heureuse nous nous recroiseront, je n'ai jamais aimé laissé d'indices sur la destination le jour du départ.

Posté par petite-prince à 21:49 - Commentaires [2] - Permalien [#]


vendredi 19 août

Rien n’est réel pour toujours. Pas comme dans les livres. Je ne sais pas si c’est qui me pousse à fuir. Un peu je crois. Je voudrais être un bocal dont aucune eau ne s’échappe, je suis juste une main. Vide, crispée. J’écarte les doigts, je n’essaye plus de retenir. Juste d’attraper pour une fraction de seconde. Et laisser filer. Et le temps, et les gens. Les gens parce qu’ils sont instables et changeants, le temps parce qu’il me fera détester les gens. Je voudrais pouvoir être déçue. Mais j’ai grandi trop loin. Emmurée. Loin de la réalité. Là où tout est limpide, là où tout est irréel. L’irréel est ma réalité. Peu importe le mal que je me donne pour le cacher. Je suis toujours un peu ailleurs, en train d’imaginer la minute parfaite. L’extase et la paix. Et la beauté. Silence. 

Posté par petite-prince à 00:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 18 août

I walk the earth alone today.

Je suis sur le qui vive. Coincée entre deux continents. Etrangère. Des valises vides, des étagères délestées, des vêtements, trop de vêtements. 

Je ne sais pas trop où j'ai la tête, j'ai des pensées folles et je suis la seule. C'est à la fois pesant et exitant. J'ai souvent envie de pleurer et il m'arrive de le faire. Dans la confusion. Des émotions éparses qui s'écoulent lentement le long de mes joues.

J'ai envie de tendre le bras loin devant, et d'empoigner demain à pleines mains. Mais je lâche prise difficilement, je sens déjà le poids des regrets enfler sur ma conscience. Quelque part au fond je sais que j'aurais beau revenir, rien ne sera plus pareil.

Tout change et on s'y habitue: je regarde des photos de gens que j'ai aimés avec une calme froideur. Je suis loin, et même si le coeur me pince un peu, je ne changerais ma situation pour rien au monde. Mais je n'allais pas bien loin; à vrai dire je n'avais jamais bougé.

Et si, en traversant l'atlantique, je devennais encore une autre moi ? Nouveau reflet skyzophrénique de mon âme indécise. Radicalement différent. Trop éloigné pour appartenir à quelque lieu. Mélancolique quoi qu'il arrive. Parce que je suis mélancolique. Catégorie: professionnelle. Chaque rupture, chaque ouverture, me laisse songeuse et enveloppe mon coeur d'une douce tristesse. 

Je suis l'oiseau en cage qui rêve des autres ciels. Mais la cage n'existe que dans ma tête.

 

0x550_1293995632

 

 

 

Posté par petite-prince à 22:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 02 août

Je suis un vase plein de bonheur et d'espoirs. Et de quelques peurs silencieuses, mais nous verrons cela plus tard.

C'est assez ironique. Voilà des jours que j'ai oublié l'existence de cet ilôt virtuel. Et dès que je me résouds à l'abandonner, il me semble avoir quelque chose à dire. Finalement. On ne devrait jamais parler trop vite. 

tumblr_lout5ojRkq1qhzf5zo1_500

Cet été c'est l'europe de l'est. Première bouffée de liberté, derniers instants. Ma valise n'est toujours pas faite. Demain je dois être levée à 3h30. Excitation.

À dans deux semaines.

Posté par petite-prince à 20:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 01 août

Farewell

I am resolved now. There shall be no place for love in my life. Never again. The so little part left of my heart by its preceeding owners must only go to pure friendship. For I know I am only to be deceived by love as common people sees it. I am aware of how nonsense I talk. But what would life be without nonsensical ideas? The mere thought of going through it this way makes me wanna die. There is nothing serious about life, apart from life itself. You can never guess where you will find yourself to be inclined to. I happened to think I would crave all my life for the glimpse of the highest feeling that could ever be felt. Now I just feel as resting. Resting and walking through my golden days with wide open eyes.

 

tumblr_lonlpp9B081qed43zo1_500

 

I do not know when I am going to write here again. Or if I only will do so. As I am leaving the only part of the whole world I had ever really know, I might need some time to see what I never saw. 

xxx

 

 

Posté par petite-prince à 02:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]