mardi 17 août

The murder of the fuckin fly

izis_5_2

Lily_Cole_Harpers_PC_FLOWER_GIRL

C'est étrange ce sentiment. On ne sait trop l'expliquer, mais on sent le vide qui se fait jour en nous. Ce sentiment inexplicable de courir à sa perte. D'avoir fait le premier pas et de déjà sentir ce que l'on avait s'échapper de nos mains. Sable que l'on égare sur notre chemin. Grain par grain. Quand on le réalise il est déjà trop tard.

-Je peux bien écrire toutes mes réalités ici. Personne ne sait que j'y suis. C'est ma tanière, mon trou. L'espèce de non-lieu où je bazarde mes idées subites. Et même celles qui me pèsent (Voire aucune). Au vu de potentiels dizaines, centaines, milliers d'inconnus.-

C'est ce sentiment qui me tient sans cesse, basé sur cette seule idée, on ne peut compter que sur soit même. Et le constat que quoique l'on essaye, si un jour, un être de grâce se brise, rien ne pourra vraiment nous le rendre. Alors il faut être solide. Avancer tel un monstre de clip TV. Ceux du genre "Je marche dans la rue. Je chante. Et ta gueule". Et si quelque part, derrière la bête, l'humain doute ? Si le costume ne tient pas la route, l'enfer c'est moi. Les doutes, les peurs. Tout ce qui revient dans le noir. Qu'on a enfoui très profond. Derrière un sourire carnassier. Derrière des coins de lèvres relevés à l'ironie. Ils nous tiennent comme nous les tenons. Mais ils ont une longueur d'avance. Sommes nous alors perdus ? De douter constamment que ce que l'on tient dans ses mains -ce précieux sable- y est toujours ? D'imaginer qu'il a commencé à se faire la malle ? Particule par particule. Des bouts de nous sur la route. Et pourtant, regardez comme je suis stupide. Du sable il y en a partout. Alors pourquoi celui-ci ? Oh ce n'est pas celui qu'on a trouvé dans le fond de nos souliers. C'est celui qui parle à l'âme. Lorsqu'il s'effrite, c'est un monde qui s'écroule. Le notre. Mais franchement, qui serait assez niais pour jeter son dévolu sur des bouts de cailloux ordinaires ? Ceux que l'on a sont si bien. Dans le risque, essayons de les garder. Mais surtout, craignons de les perdre. Ils nous tiennent comme nous les tenons. Mais ce n'est pas vrai. Déjà il s'échappent. Mains vides. Et ce sentiment amer nous tenaille un peu plus fort qu'hier.

Posté par petite-prince à 23:49 - Commentaires [6] - Permalien [#]


Commentaires sur The murder of the fuckin fly

    premiere photo incroyable !

    Posté par Miss Woody, mercredi 18 août à 21:18 | | Répondre
  • Encore un texte à couper le souffle!
    Je suis fan...

    XxX

    ColetteNN.

    Posté par Colette, jeudi 19 août à 16:22 | | Répondre
  • Je t'ai lue avec attention, mais je ne souhaite plus épiloguer sur le sujet.
    Mon copain sait combien je suis sensible aux critiques, et là, j'ai été visée alors qu'il a lui-même pris la décision de rapporter ce vélo chez nous.
    Il m'a affirmé que ce vélo était abandonné, voué aux encombrants, qu'il ne l'a pas volé, et quand on le connait, c'est bien mal le juger (et me juger aussi) de nous taxer de voleurs.

    Tu penses surement être la seule à m'avoir laissé un mot là dessus, mais sache que plusieurs personnes se sont bien défoulées et ont eu la critique facile, en commentaire de ce post, planqués, eux, derrière un pseudo.
    Je ne tolère pas la haine gratuite (dont ils ont fait preuve) car encore une fois, sans me connaitre un peu, on peut me faire passer pour ce qu'on veut.
    Mais ça blesse de lire des méchancetés débiles, et qui, finalement, sont bien disproportionnées par-rapport au sujet initial.

    Je suis trop naïve, et j'ai regretté d'avoir écrit (sous le coup de la joie d'avoir un vélo "gratos") qu'il avait été trouvé.
    Je me répète, mais dans Paris, des dizaines de vélos sont laissés à l'abandon chaque semaine !
    Les récupérer pour les retaper, ce n'est pas du vol : ils auraient fini à la benne, de toute façon.

    Le débat est clôt, je susi en paix avec ma conscience, car je n'ai agressé personne, ni volé qui que ce soit.

    Bises

    Posté par Valentine, lundi 23 août à 14:32 | | Répondre
  • Et pour conclure : je ne pense pas faire partie des blogueuses qui tiennent un Journal Intime online (cf Coline, entre-autre) qui se livrent sans censure, et racontent un peu trop tout ce qui leur passe par la tête.
    Je ne raconte jamais mes états d'âme, et je te mets au défi de trouver quoi que ce soit de vraiment perso et intime, que je raconterais sur mon blog.

    Bref, merci d'être + intelligente que les nanas dont le passe-temps principal est de pourrir les blogueuses (passe-temps de No Life, mais elles s'en défendent bec et ongles...pitoyable).
    Je ne ferais pas de pub pour le blog où elles se réunissent, pour le transformer en Forum merdique.

    Merci pour mon blog, je pense qu'il fait bien transparaître la fille positive que je suis, en tout cas mon but est de faire quelque chose de joyeux et frais.
    Tant mieux si je réussi sur ce plan là

    Bises

    Posté par Valentine, mardi 24 août à 09:54 | | Répondre
  • J'adore ce que tu écris !

    Posté par Stéphanie, mardi 24 août à 14:45 | | Répondre
  • C'est un très joli texte! Bravo! Sinon, sur un autre registre ^^, j'organise un petit concours pour gagner un bracelet Vadi Jewels jusqu'à minuit ce soir si tu as envie de participer: http://redredrose.over-blog.com/article-concours-vannessjewels-com-57889115.html

    Posté par Red Red Rose, jeudi 30 septembre à 16:05 | | Répondre
Nouveau commentaire