mardi 29 mars

Je suis bipolaire.

1298517281_wallflower9

J'oscille entre deux contradictions. Le noeud c'est le bonheur. J'ai lutté pour changer d'aspiration, mais je suis des chiens que l'Antigone d'Anouilh méprisait. Je m'accroche à mon misérable os de bonheur. Fait avéré, fait accepté. Finalement.

Admettons: le bonheur. Mais comment ? D'abord il y a ce moi romanesque qui cherche la chute, qui la quémande avidement et la provoque. Le bonheur c'est court dit-elle moqueuse.  Des montagnes russes émotionnelles ou tu ne vaux rien. Tu n'es qu'un pauvre bougre qui s'encroute lentement. Alors j'attends. Et c'est là tout le problème. Je peux tout souffrir, vraiment tout, parce que parfois ça ira. Et surtout parce que peut-être un jour ça sera merveilleux. Bien sûr, ça ne durera pas. Mais ça sera merveilleux, souffre en attendant. Des chemins s'ouvriront à moi, je l'espère. La vie ne vaut la peine que si elle m'écorche vive. Céder, un tant soit peu, est haïssable. Céder tue la révolte dans l'oeuf. Céder étrangle la gorge avant qu'elle ne crie. 

Et il y a l'autre moi. Celle qui prend le dessus. Celle contre laquelle je lutte avec peine. Un combat confus entre refus et délectation. Elle prend trop conscience des choses et tue tout ce que mes yeux voyaient d'enchanté. Je la déteste parce qu'elle m'emprisonne mais elle me libère, donc je l'aime. Tout est relatif à son sens. Plus de douleureux absolu. Des jours sans intérêt se succèdent, mais ils sont lumineux. C'est un concentré de réalisme. Peut-être qu'il n'y a pas de finalité à tout ceci, peut-être qu'il n'y aura jamais mieux. Mais tu es là, tu respire, protites en pour rire un peu de toi et du monde. Elle tue mes sombres desseins. Elle m'apaise. Mais chaque chose n'est rien d'autre pour elle qu'une chose. Elle ne pleure plus quand c'est trop beau, elle ne pleure plus... Les choses sont. C'est tout. Elle ne rêve plus d'histoire rocambolesques puisque peut-être, rien n'arrivera. Je me sens alors comme prisonnière sur terre. Usée par le temps qui me fait si peur. Mais peut-être pas vraiment. Aguerrie. Par le temps qui me faisait si peur. Je suis prisonière sur terre. Et je ne vois plus ce qui est merveilleux dans la vie et que personne d'autre ne voyait. Je ne frissonne plus d'extase. Je vois, simplement.

 tumblr_lbknjzbaV21qe8jnyo1_500

" Ceci n'est ni un rêve, ni ma réalité, et rien ni personne ne peut l'interrompre. Ceci est mon imagination." - La Petite-Prince de 2006 (?)

Posté par petite-prince à 21:26 - Commentaires [3] - Permalien [#]


Commentaires sur Je suis bipolaire.

    Je ne sais quels mots employer pour te dire ce que je pense de ton texte, alors je te dis juste de continuer, ne t'arrêtes pas.

    Posté par Matheew, mercredi 30 mars à 18:54 | | Répondre
  • il faut souffrir pour être heureux.

    ps: j'avais pas vu que tu avais changé ton design, j'adore!
    pps: sublime le gif de cet article!

    Posté par Miss Woody, jeudi 07 avril à 19:01 | | Répondre
  • <3

    Posté par Miss Woody, dimanche 10 avril à 22:24 | | Répondre
Nouveau commentaire