dimanche 17 octobre

Et si je me noie aujourd'hui, serais-je ailleurs demain ?

J'expérimente chaque jour un peu plus la subtile différence entre les mots "alone" et "lonely".  Mon esprit flanche. Ma langue fourche. Mes mains dérapent. Je ne sais plus parler, je ne sais plus m'exprimer. Et personne d'autre ne le sait. Dégradation ultime de mon esprit-épave. J'ai peur.
Posté par petite-prince à 22:22 - Commentaires [1] - Permalien [#]

dimanche 03 octobre

Drafts

  The very last pic I took. One year ago.   Sans titre (07/09/10)Je suis affreusement lâche. En vérité, j'ai eu bien des occasions. au début, quand je ne réalisais pas, mais celles-ci ne comptent pas vraiment. Et puis cette nuit au parc, où je suis rentrée en vélo. Et avant les vacances, des dizaines de fois. Et après les vacances. En rattrapant une silhouette sur ce même vélo. Et là je sais que quoi que je dise, il est bien trop tard. Que demain soir, j'aurais perdu un an. Un an   Sans titre (10/08/10)   ... [Lire la suite]
Posté par petite-prince à 12:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]
vendredi 01 octobre

Where is the love ?

Je sais que c'est de l'amour, comme toujours. Mais je ne cèderais plus. Que sa silhouette reste celle que j'ai évitée comme une ombre pendant des mois. Quelques sourires esquissés à distance et le jeu des apparences. Que sa silhouette reste le le roc, toujours adossée à cette même porte, dans ce quotidien détestable. Une raison pour mes pensées de s'affoler et de s'égarer. Serais-je devenue plus forte ? Assez pour admettre la vérité sans y succomber. J'espère.  
Posté par petite-prince à 20:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 17 août

The murder of the fuckin fly

C'est étrange ce sentiment. On ne sait trop l'expliquer, mais on sent le vide qui se fait jour en nous. Ce sentiment inexplicable de courir à sa perte. D'avoir fait le premier pas et de déjà sentir ce que l'on avait s'échapper de nos mains. Sable que l'on égare sur notre chemin. Grain par grain. Quand on le réalise il est déjà trop tard. -Je peux bien écrire toutes mes réalités ici. Personne ne sait que j'y suis. C'est ma tanière, mon trou. L'espèce de non-lieu où je bazarde mes idées subites. Et même celles qui me pèsent... [Lire la suite]
Posté par petite-prince à 23:49 - Commentaires [6] - Permalien [#]
vendredi 06 août

I will never grow up

                                               La valse des fleurs                      La valse des flocons de neige
Posté par petite-prince à 16:20 - Commentaires [1] - Permalien [#]
mercredi 04 août

Voyager c'est l'ivresse

  J'ai pris le train et je suis tombée amoureuse. Mon billet à la main, je me suis assise. Côté fenêtre. Une si grande fenêtre que plus tard, j'aurais bien pu croire que j'étais cet être qui avançait à une allure folle entre les pins scandinaves. Mais ça je n'avais pas encore compris à quel point c'était important. Alors j'ai simplement regardé s'éloigner la froide Oslo. Et quand la ville et sa banlieue se sont fondues dans les forêts résineuses, j'ai sorti un livre. Et nous avons roulé. Roulé. Mes yeux se soulevaient de... [Lire la suite]
Posté par petite-prince à 23:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 10 juillet

J'ai bien essayé de partir le cœur léger.

Let's go. Je mets les voiles. Roadtrip en Scandinavie. J'en frétille comme un hareng mariné. C'est pas tous les jours qu'on peut faire un bras à son bled pourri. J'ai pris l'appareil photo, et je dois avoir oublié tout le reste. Qu'à cela ne tienne. Cependant, allez savoir pourquoi, comme à chaque départ en vacances d'été, je me retrouve en proie à la mélancolie.
Posté par petite-prince à 23:52 - Commentaires [5] - Permalien [#]
vendredi 09 juillet

Je n'ai jamais pu refermer mes bras sur mon âme.

Je ne fume pas. La cigarette me répugne. J'ai beau clamer que je veux mourir jeune, l'idée de la dégradation de mon corps ou de mon âme m'étant insupportable, je ne me suis jamais résolue à flirter ouvertement avec le danger. Aussi infime soit-il. Je suis de celles qui restent assises bien sagement, avec un peu de regret mais qui savent au fond d'elles, que cela n'aurait pu être autrement. Un rien m'effraie. Je suis intimement persuadée que quoi qu'il arrive, tout à la fin, nous ne seront que néant. Et la plus belle surprise qui... [Lire la suite]
Posté par petite-prince à 09:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 06 juillet

Lumière

Parfois je voudrais crier un énorme NON. "Non, tu n'aurais pas du recommencer à croire en ces personnes qui t'ont tant déçues par le passé." Mais c'est un peu tard pour se le dire. Alors, plutôt quelque chose comme un "non, cesse de vouloir te détacher de la douleur. Cesse de rompre tout lien affectif. Tu vas devenir une coquille vide de douleur. Mais plus encore, vide tout court. Et ça, il en est hors de question. NON." Alors peut-être. Peut-être, qu'à défaut de pouvoir dire "NON, avion tu ne décolleras... [Lire la suite]
Posté par petite-prince à 16:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 21 juin

Finger in ze nose, easy-cool-tranquille. (Tu parles)

I found a whistle - MGMT Non vraiment. Je fais vraiment de mon mieux pour réapprendre à écrire les choses sans les dissimuler. Mais je me force. Je vomis quelques mots, bouille informe, incolore et vide. Un peu comme un malade qui n'a plus rien d'autre à rendre que sa propre bile. L'image est alléchante. Ceci dit c'est une façon comme une autre de représenter le rejet que je fais de l'ombre qui se dessine dans mon miroir. Rien ne me satisfait jamais entièrement. Moi la première. C'est dingue d'être aussi exigeant. Je ne... [Lire la suite]
Posté par petite-prince à 20:49 - Commentaires [2] - Permalien [#]